MINISTERE DES INFRASTRUCTURES
ET TRAVAUX PUBLICS
jeudi 7 avril 2016 à 23:00

Projet d’aménagement de la route Batshamba – Mbuji-Mayi, section Tshikapa – Kamuesha

GENERALITES

Le projet de bitumage de la Route Tshikapa - Mbuji-Mayi, section Tshikapa - Kamuesha est le quatrième investissement routier, mis à la disposition de la République Démocratique du Congo par la Banque Africaine de Développement. Le coût du projet s’élève à 74 millions UC et vise le bitumage de 87 km de longueur et la réhabilitation des Infrastructures agricoles et rurales connexes dont 368 km de pistes rurales, dans la province du Kasaï Occidental dans le cadre de l’aménagement progressif de la Route Nationale 1. Ce projet vient en complément aux travaux de Réhabilitation des Routes Nsele - Lufimi et Kwango - Kenge achevés en 2010 dans le délai et selon la qualité requise et deux projets d’Aménagement de la Route Batshamba - Tshikapa, sections Loange - Pont Lovua et Pont Lovua - Tshikapa.

Il se situe donc dans la continuité des interventions de la Banque Africaine de Développement et des autres Bailleurs de fonds (Union européenne et Banque mondiale), dans le processus d’aménagement progressif de la RN1et d’appui au développement du secteur  rural (CTB, DFID), dont les effets sur l’économie sont substantiels. La RN1 est entièrement revêtue sur un linéaire de 1.256km, soit environ 40,13% c’est à dire de Banana à Moanda, Boma à Batshamba, Mbuji-Mayi à Mwene Ditu et Nguba à Kasumbalesa.

Actuellement, les  ressources sont donc mobilisées pour la section Batshamba - Tshikapa (Batshamba - Loange sur 114 km, financement UE ; Loange - Pont Lovua, sur 63 km, financement BAD ; Lovua -Tshikapa sur 56 km, financement BAD) pour un aménagement durable. La section suivante Tshikapa-Kananga - Mbuji-Mayi (437 km) dispose d’étude d’avant-projet détaillé, financée par la Banque Africaine de Développement.

Le projet permettra le désenclavement des provinces du Kasaï et Kasaï Central en les reliant aux provinces voisines du Kwango et à la ville province de Kinshasa. Il contribuera également à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à l’accroissement de la disponibilité des produits agricoles et au renforcement des capacités des services d’appui, des structures de formation professionnelle et de réinsertion sociale et des communautés à la base.

La signature de l’accord de don correspondant de 74 millions UC soit 113,32 millions USD entre la BAD et la RDC est intervenue le 26 mars 2015.

MONTAGE INSTITUTIONNEL

Composantes du projet

Le Projet comporte trois composantes

-          Infrastructures;

-          Renforcement des capacités;

-          Gestion et Suivi du Projet.

Maître d’ouvrage

Ministère des Infrastructures et Travaux Publics

Maître d’ouvrage délégué

Cellule Infrastructures

Maîtres d’œuvre

Office des Routes et DVDA

Maître d’œuvre délégué

Mission de Contrôle.

Délai d’exécution

24 mois

Fin du Projet

2019

BUDGET DU PROJET

Le budget du projet s’élève à 113,32 millions USD

Consistance des Travaux

Les normes retenues pour la RN1 prévoient:

-          Une plateforme de 10 m avec chaussée revêtue de 2 x 3,50 m  soit 7 m de largeur;

-          2 accotements de 1,50 m, une couche de roulement en enrobés denses de 4 cm d’épaisseur;

-          une couche de base en grave concassée non traitée de 18 cm d’épaisseur et une couche de fondation en sable limoneux sélectionné de 20 cm d’épaisseur.

MESURES ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES

Dans le cadre des mesures d’accompagnement, le projet prévoit la réhabilitation des infrastructures connexes:

-          Réhabilitation des infrastructures de base (pistes rurales), quais d’accostage, marchés ruraux, entrepôts, latrines, source d’eau, etc. ;

-          Réhabilitation des bâtiments administratifs, instituts techniques, etc.;

-          Aménagement de forages et protection de sources d’eau.

SENSIBILISATION

Il est prévu dans le cadre des travaux routiers, la sensibilisation des populations vivant dans les zones d’intervention du projet sur les infections sexuellement transmissibles (IST) dont le VIH/SIDA, le Paludisme, les maladies d’origine hydrique, la sécurité routière et la protection de l’environnement.

Une firme spécialisée en Gestion Environnementale et Sociale sera recrutée, pour la mise en œuvre de cette activité sur le terrain.